En ce mois de juin 2019, la réforme de l’assurance-chômage propose l’instauration d’une taxe sur les contrats courts.

Une taxation sur les contrats courts, voilà l’objectif de la réforme qui est de “responsabiliser les employeurs”, selon la Ministre du travail, Muriel PENICAUD. Ce bonus-malus permettrait d’encourager l’embauche, et effacer un peu la précarité, selon le gouvernement.

Selon l’infographie ci-dessous, certains secteurs ont plus recours à ces contrats courts que d’autres, et il n’est pas étonnant d’y voir apparaître en deuxième position, le secteur des activités de services administratifs et de soutien.

En effet, en cas de surcroît de travail à une période donnée, ou bien encore lors d’absences du personnel, les entreprises peuvent embaucher des CDD courts pour “panser” les besoins.

contrats courts

Quelle alternative aux CDD courts, pour les entreprises ?

En prenant connaissance de cette information, ce matin de juin, lors de ma veille quotidienne, je me suis projetée, et me suis demandée pourquoi les entreprises n’ont pas le réflexe, quand cela est possible, de consulter des indépendants ?

Si je prends pour exemple le deuxième secteur qui sollicitent les contrats courts, les activités de services administratifs et de soutien, je n’ose imaginer que des sociétés méconnaissent l’existence des nombreuses assistantes indépendantes qui sont là pour justement les accompagner durant ces périodes de rush, de manière souple et sans engagement.

L’alternative est donc toute trouvée : soit l’embauche, à plus long terme, du salarié ; soit faire un virage à 360 degrés, et envisager d’externaliser ses besoins, même de manière ponctuelle, à une assistante compétente et experte dans son domaine.

L’externalisation présente beaucoup d’avantages, dont notamment de ne pas avoir de charges salariales, de pouvoir solliciter l’assistante de manière intense sur une période courte, et de pouvoir bénéficier de conseils dans l’exercice de la mission.

Si la réforme de l’assurance-chômage vous pose une problématique au niveau de votre budget et de l’éventuelle taxation, sachez maintenant qu’une alternative profitable est de mandater une assistante indépendante, qui en prime aura une casquette de chef d’entreprise indéniable.

Il est fort à parier que les entreprises vont se tourner vers les indépendants, nombreux, qui pourront non seulement répondre à leurs besoins en termes de compétences, mais également contourner le bonus-malus certainement instauré par nos dirigeants.